logo

Centre de Preuves en Dermatologie Recommandations de bonne pratique

Recommandations urticaire chronique spontanée Actualisation décembre 2019

Responsabilité


Les informations fournies par ce site internet proviennent de sources réputées fiables. Cependant, la Société Française de Dermatologie recommande à l'utilisateur de s'assurer de la validité des ces informations. En effet, certaines peuvent s'avérer erronées ou faire l'objet de fautes de frappe ou d’erreur d’affichage.

L'utilisation de ces données se fait sous la responsabilité seule de l'utilisateur. La Société Française de Dermatologie ne pourra pas être mis en cause pour une mauvaise interprétation des données fournies par le site, ou en cas d'information erronées. Cet arbre décisionnel et tous les contenus de ce site ont été élaborés dans le cadre des données actualisés de la science selon la méthodologie de la HAS, des avis d'experts et relecteurs des différents documents et dans le cadre du système de soins français.


Traitement par immunosuppresseurs

Retour à l’arbre Imprimer dernière mise à jour le 18/09/2020

Dans les situations d’UCS réfractaire aux anti-H1

La ciclosporine est l’immunosuppresseur le plus utilisé après échec d’une mono- ou bi-dose. La dose de ciclosporine était de 4 ou 5 mg/kg/jour en initiation, suivie d’une décroissance progressive rapide par paliers de 15 jours. La période d’étude maximale était de 6 mois. La ciclosporine était prescrite en adjonction d’un anti-H1 à dose conventionnelle ou à double dose. Les effets secondaires étaient fréquents (paresthésie, céphalées, troubles digestifs, hypertrichose, hypertension artérielle).

Le GT considère que la ciclosporine peut être utilisée dans le traitement de l’UCS réfractaire en adjonction aux anti-H1.

Le méthotrexate à la dose de 15 mg/semaine n’a pas montré de supériorité en adjonction à un anti-H1 (à doses variables) par rapport au placebo. Il ne peut être recommandé.

La plupart des experts utilisent la ciclosporine dans l’UCS de l’adulte et de l’enfant à partir de 12 ans, en cas de contre-indication ou en cas d’échec à l’omalizumab, en adjonction de 4 doses d’anti-H1.

Aucune étude n’a porté sur l’utilisation d’autres immunosuppresseurs dans l’UCS : le GT ne les recommande donc pas.


Ciclosporine et grossesse ou allaitement

Il semble exister un risque accru d’infections materno-fœtales. Des cas isolés de thrombopénie, de neutropénie et de lymphopénie néonatale sont rapportés, pouvant justifier une NFS dans les 1ers jours de vie chez le nouveau-né.

L’allaitement peut être autorisé chez un nouveau-né à terme et bien portant si la posologie maternelle est faible. Dans les autres situations, la décision doit se faire au cas par cas.


Ciclosporine et interaction médicamenteuse

La prudence est requise en cas d'utilisation de la ciclosporine avec d'autres médicaments néphrotoxiques.

  • Cet article vous-a-t-il été utile ?
  • Votre avis compte !

    Cet avis ne sera pas diffusé sur ce site, mais uniquement transmis à la direction de publication. Votre email ne sera utilisé que pour vous répondre uniquement si nous le jugeons nécessaire. Aucune réponse ne sera envoyée à toute demande d’avis médical via ce formulaire.


traitement par omalizumab

Centre de Preuves en Dermatologie Centre de Preuves en Dermatologie logo
Work
10 cité Malesherbes
75009Paris
Île-de-France
FRANCE
Work 01 43 27 01 56
Fax 01 43 27 01 86
centredepreuvesdermato@sfdermato.com