Recommandations urticaire chronique spontanéeActualisation décembre 2019

Urticaire chronique spontanée traitée et grossesse

Retour à l'arbre Imprimer dernière mise à jour le 24/01/2020

Photo patiente
urticaire

Présentation

  • Madame A., âgée de 27 ans, consulte pour une urticaire chronique spontanée (UCS) évoluant depuis plus de 3 ans. L’examen clinique est normal, en dehors de quelques plaques urticariennes superficielles. Elle n’a jamais eu d’angio-œdème. Elle a eu une prise de sang initiale (NFS, CRP) normale.

Traitements antérieurs

Elle a pris initialement différents antihistaminiques anti-H1 à dose conventionnelle (dose de l’AMM). Depuis 2 ans, elle prend de la bilastine, dont les doses ont été augmentées progressivement à 3 doses par jour. Elle explique que les poussées d’urticaire se sont espacées, restent présentes, mais la gênent peu actuellement.

Autres éléments

  • Elle ne prend pas d’autres médicaments.
  • Elle vient de stopper sa contraception car elle a un projet de grossesse.

Que lui proposez-vous ?

Voir la proposition

×

Proposition

Évaluation

  • Il est préférable d’évaluer l’activité de l’UCS par les scores UCT et UAS7, ainsi que le retentissement de l’UCS sur la qualité de vie (score DLQI ou CU-QoL), dont dépendra la suite de la prise en charge.

Traitement

  • Il n’y a pas d’éléments prédictifs démontrés sur l’UCS pendant la grossesse. *La plupart des experts interrogés signalent que, dans leur expérience, il y a une tendance à l’amélioration de l’UCS pendant la grossesse, et parfois une aggravation après l’accouchement.
  • Choisir les anti-H1 pour lesquels nous disposons de données abondantes et rassurantes chez la femme enceinte : proposer donc de substituer la bilastine par la cétirizine ou la levocétirizine (www.lecrat.fr). Ces anti-H1 pourront être poursuivis pendant la grossesse, à la dose minimale efficace. *Certains experts proposent de diminuer la posologie à 2 voire 1 cp par jour à l’approche du terme (pour éviter tout risque de somnolence chez le nouveau-né), d’autres laissent l’anti-H1 à la même dose durant toute la grossesse.
  • En cas de souhait, l’allaitement est possible. Les anti-H1 passant dans le lait, rechercher la dose minimale efficace pour éviter tout risque de somnolence chez le nourrisson.

Références

algorithme de prise en charge

Centre de Preuves en Dermatologie
Work
10 cité Malesherbes
75009Paris
Île-de-France
FRANCE
Work +33.1 43 27 01 56
Fax 01 43 27 01 86
secretariat@sfdermato.com